Que feriez-vous en cas de perturbation majeure ?

Votre organisation est-elle prête à se remettre d’une perturbation majeure sans trop de dommages ?

Il est déterminant pour une organisation de pouvoir gérer adéquatement les sinistres susceptibles de l’affecter. Mais il est tout aussi déterminant d’être en mesure d’assurer la continuité des activités après un sinistre et de mettre en place les dispositifs visant à la rendre plus résiliente face aux menaces auxquelles celle-ci est exposée.

D’une manière générale, lorsqu’un événement perturbateur survient, la première réaction des organisations, de ses dirigeants et des intervenants d’urgence est de protéger les personnes, l’environnement et les biens. Par exemple, lors d’un incendie, certaines actions seront priorisées par les intervenants d’urgence.

La priorité pourra être donnée à la sauvegarde des personnes avec l’aide de la procédure d’évacuation, de la dispense des premiers soins, de la notification des voisins et de la communauté en général afin de s’assurer que la situation n’affecte pas leur intégrité physique. Si l’édifice contenait des contaminants, le contrôle des eaux de ruissellement pourra être effectué afin de ne pas affecter les zones sensibles (par exemple en contenant les eaux d’incendie contaminées afin qu’elles ne se rendent pas dans les zones sensibles à proximité). L’application des techniques d’extinction visera à protéger les installations qui ne sont pas affectées ou à réduire les conséquences sur les zones critiques de la bâtisse. Également les intervenants veilleront à la sécurisation des lieux, afin de s’assurer qu’ils ne représentent pas un danger pour les employés ou pour le public en général (par ex. : destruction d’un mur qui menace de tomber, délimitation de zones restreintes à la circulation des personnes, etc.).

C’est seulement après que les dirigeants auront eu l’assurance que les enjeux propres à la neutralisation des dangers et aux mesures d’urgence sont maîtrisés que les priorités dans l’assignation des ressources pourront être consacrées à la continuité des activités.

Votre organisation serait-elle en mesure d’assurer la continuité de ses activités après un sinistre ? Le cas suivant est un exemple d’événement susceptible d’affecter une organisation :

Très tôt le matin, vous apprenez que le bâtiment qui abrite vos installations de production est la proie des flammes.

En quelques heures, les services d’incendie ont contrôlé la situation, mais vous constatez que les dommages sont tels que la production risque d’être suspendue pendant une période de temps critique pour vos engagements. Il est hors de question de retourner dans l’immeuble et les employés ne peuvent donc pas réintégrer les lieux pour faire leur travail habituel (source : MDEIE, guide en gestion de la continuité des opérations, 2010).

Dans une telle situation que feriez-vous ? Votre organisation serait-elle prête à poursuivre ses activités ?

Partager sur...Share on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Tweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Contactez-nous

Vous pouvez nous envoyer un email et nous allons vous répondre dès que possible.